Sans complexe à Bessèges

Publié le 02/12/2019 - Pros

Après sa course de rentrée (le GP La Marseillaise), notre équipe pro disputait du 7 au 10 février l’Etoile de Bessèges. 4 étapes – 3 en ligne et 1 CLM – et de belles batailles au programme. Pour corser le tout, un plateau de participants remarquable. Qu’est-ce qu’on en retient ?

Le résumé : le premier jour, pour l’étape entre Bellegarde et Beaucaire, c’est un Nicolas Baldo fidèle à son tempérament offensif qui prendra le large accompagné de 4 coureurs. Une fois ce groupe revu en fin de journée, l’objectif était de se mêler à la lutte pour le sprint et rallier l’arrivée sans encombre. Dans un final houleux, Anthony Maldonado se classe 29ème, et l’équipe aura évité les pièges dans les derniers kilomètres. Le lendemain, nouvelle journée nerveuse, qui sera émaillée par des chutes. Nos coureurs ne seront cette fois pas épargnés : Morné Van Niekerk envoyé dans le fossé (sans gravité), Yoann Paillot piégé à quelques kilomètres de la ligne… heureusement, l’équipe solide et solidaire aura géré au mieux ces embûches. Le samedi, pour l’étape reine autour de Bessèges, c’est un groupe toujours aussi mobilisé (groupé au sein du peloton et toujours en bonne position) et offensif (Yoann, Kévin, Tony, Nicolas…) qui abordera les difficultés successives. Yoann Paillot ira jusqu’à aller chercher, à la pédale, la précieuse bonification en début de journée. Puis, dans le dernier coup de force, 6 hommes prendront quelques encablures, dont un Alo Jakin très costaud. S’ils ne creuseront pas un écart monumental, ces échappés donneront pourtant du fil à retordre à un peloton qui devra s’employer violemment pour opérer la jonction. Nouveau sprint et cette fois une 17ème place d’Anthony Maldonado. Enfin, le dimanche, c’est un chrono sur route mouillée qui s’offrait aux participants. S’il avait décroché une 2ème place l’an passé, Yoann Paillot devait cette année faire face à un plateau plus relevé. C’est pourtant avec l’intention de réitérer sa performance de l’an dernier qu’il prendra le départ. Sur le sol mouillé, il concédera cependant quelques précieuses secondes, mais vient tout de même chercher une très belle 7ème place dans un top 10 international, et une 6ème place au classement général. Bravo les gars !

1 – Sans complexe

Avec la présence d’équipes World Tour telles que la Groupama – FDJ, AG2R La Mondiale, Trek Segafredo, EF – Education First, ou encore Lotto Soudal, la première épreuve par étapes (et télévisée) de l’année promettait une rude concurrence à nos coureurs. Dans ce contexte, ils n’ont pourtant pas montré de complexe. Avec pour objectif d’emmener Yoann Paillot sans encombres jusqu’au CLM du dimanche, ils ont fait front de manière remarquable. Groupés et à l’avant de la course dans les moments les plus critiques, ils ont assuré leur mission avec cohésion. Sur la chute qui a piégé Yoann à quelques kilomètres de l’arrivée le vendredi, nos coureurs ont répondu présent. Lors de la très disputée étape du samedi, ils ont joué costaud en allant prendre la bonification convoitée avec le leader en vue du CLM : Yoann Paillot. Bel état d’esprit.

2 – Un bilan global satisfaisant

Si les résultats « bruts » des trois premières étapes sont corrects, en première lecture, les motifs de satisfaction sont eux très nombreux. D’abord, le tempérament offensif, et solidaire de l’équipe, qui permis de traverser sans encombres ces trois journées. Mais surtout, l’objectif principal étant le classement général (et le CLM), celui-ci est rempli : un top 10 de qualité sur l’étape et le général. Et le sentiment que le travail bien fait finit toujours par payer : on a hâte de voir la suite, dès le Tour de La Provence. L’épreuve commencera d’ailleurs par un CLM de 9km… sur route sèche !

Partager cette actualité

Ne ratez rien de l'actualité de nos équipes

Nos Partenaires

Ils nous soutiennent

aubervilliers
HP-WHITE
Seine-Saint-Denis
MAVIC-LOGO
Logo-FUJI
dmtex-WHITE

2019 © St Michel - Auber93 / CMA93, tous droits réservés, sauf mention contraire