Du très haut niveau au Tour de la Provence

Publié le 17/02/2020 - Pros

Après l’Etoile de Bessèges, nos coureurs disputaient du 13 au 16 janvier le Tour de La Provence. Cette épreuve appartenant à la nouvelle catégorie « Pro Series » affichait un parcours et un plateau des très haut-niveau. 

Avec 14 équipes du World Tour, et un parcours ne laissant aucune place au répit, le Tour de La Provence est certainement l’une des épreuves les plus relevées du calendrier de notre équipe Pro. Malheureusement, les perspectives hivernales d’aligner au départ notre grimpeur Adrien Guillonnet ont été contredites par sa chute malchanceuse et sa fracture du pisiforme sur l’Etoile de Bessèges. De plus, l’absence de Yoann Paillot, a contrait l’équipe à travailler en effectif réduit depuis le début de saison. Une véritable problématique lorsque le mois de février est l’un des plus corsés de l’année.

Louis Louvet à l’attaque

C’est donc avec envie, mais conscient des limites qu’ils allaient rencontrer, que nos coureurs prenaient le départ du Tour de La Provence ce jeudi. La première journée, l’une des plus ouvertes pour notre équipe, était une occasion à ne pas rater. Louis Louvet, nouvellement coureur pro, prit l’échappée de costauds qui offrit une belle résistance face à un peloton tendu. Vouée à l’échec, elle sembla, l’espace de quelques kilomètres, déterminée à faire mentir les pronostiques ! Mais le peloton ira chercher celle-ci à moins de 5 kilomètres de l’arrivée.

Louis Louvet, plus combatif de la 1ère étape : 
C’était une belle journée à l’avant, même si c’était un peu stressant au début de se retrouver seul en contre [Louis est rentré seul sur le trio de tête]. Ensuite on s’est bien entendu. On se fait reprendre à 3km de l’arrivée, les 10 derniers kilomètres étaient vent de face donc c’était assez compliqué d’aller au bout. C’était une belle échappée, avec le prix de la combativité à la clef.

Le final, très houleux, n’offrit pas l’ouverture attendue par Bryan Alaphilippe pour réaliser son sprint. Le travail réalisé par ses coéquipiers, à l’ouvrage lors des 15 derniers kilomètres, restera une belle répétitions pour les courses à venir. Bryan se classe 21ème.

Les deux jours suivants s’annonçaient plus difficiles en l’absence de véritable grimpeur. La deuxième étape, usante, elle verra le peloton s’amenuiser tout au long de la journée, jusqu’à ne plus compter qu’une cinquantaine d’unités avant d’aborder la montée de la Route des Crêtes depuis La Ciotat. Anthony Maldnado vient se classe 51ème, suivi par Flavien Maurelet à la 77ème place, tandis que Louis Louvet, malgré les efforts consentis la veille, ne sera distancé qu’au pied de cette ultime montée.

Le lendemain, l’arrivée dans le Mont Ventoux (Chalet Reynard, exactement) dans tous les esprits, nos coureurs abordait l’étape avec l’objectif de prendre de l’expérience et de réaliser leur montée comme autant de travail accumulé. L’échappée du jour comptera sur la présence de notre sprinteur Bryan Alaphilippe, effectuant une belle partie de l’étape à l’avant. L’explication finale verra quelques uns des meilleurs grimpeurs au monde en découdre, et c’est le colombien Nairo Quintana qui s’impose devant des noms comme Thibaut Pinot, Alexey Lutsenko… Baptiste Constantin se classe 84ème.

Dernière journée, et non des moindres, ce dimanche. Entre Avignon et Aix-en-Provence, le relief et les velléités offensives des protagonistes ne laisseront aucune place au répit. Au lendemain de la montée du Ventoux, les coups de semonce de Thibaut Pinot – entre autres – auront raison d’une partie de l’équipe. La fatigue accumulée, et la perspective des prochaines échéances en effectif réduit, en cause. De leur côté, Anthony Maldonado, 3ème à Aix l’an passé et Louis Louvet – démontrant son « moteur » sur cette épreuve – feront mieux que de résister. Avec l’appui de Louis, Anthony sera parmi les meilleurs pour tenter d’aller jouer la victoire. Dans la roue de Alexey Lutsenko lors de son démarrage, Anthony choisira de ne pas suivre celui-ci et privilégier le sprint. 4 échappés à l’avant ne seront finalement pas revu et avec Alexey Lutsenko intercalé, le peloton se présentera pour la 6ème place sur la ligne. Anthony ira se classer 12ème de l’étape, et Louis 76ème.

La réaction d’Anthony Maldonado

C’est simple, je crois que ce Tour de La Provence est la course la plus relevée que j’ai disputée depuis mon passage chez les pros ! Le tempo était tout simplement impressionnant ! Ce n’était pas simple pour une équipe comme nous, qui n’avons pas l’habitude de disputer des courses de ce niveau, dans un peloton World Tour. C’était vraiment compliqué de se placer dans les 60 premiers du peloton. Nous avons laissé beaucoup de force pour se replacer avant les points stratégiques.

Comme nous savions que les 1ère et dernières étapes étaient les plus ouvertes, on a joué nos cartes à fond ces jours-là. On a eu moins de réussite qu’espéré… mais on a appris chaque jour sur cette épreuve. On a vu une équipe à l’attaque. Le jeune Louis Louvet nous a montré son talent, et il ne devrait pas tarder à s’exprimer pleinement vu ce qu’il a réalisé cette semaine !

Tout le monde était impliqué dans le boulot, toute la journée, pour essayer de prendre les coups. Bryan est allé à l’avant sur l’étape du Ventoux, qui n’était pas une journée taillée pour lui, mais il est allé au charbon ! Cela a permis de soulager Tony, Flavien, Morné, Louis et Baptiste qui sautaient sur tout ce qui partait.

Personnellement, et avec l’appui des DS et de mes coéquipiers, je misais tout sur la dernière étape. Elle convenait à mes qualités de puncheur sprinteur. Ça a été une journée de Moto GP ! Une bagarre sans relâche durant les 60 premiers kilomètres, puis un gros tempo derrière les échappés toute la journée. Sur un parcours très accidenté et dans un peloton en file… J’avais plutôt de bonnes sensations, mais l’intensité de l’étape ne me donnait aucune certitude quant à mes chances de basculer avec les meilleurs au sommet de la dernière côte du jour. Louis, qui était avec moi dans le peloton, m’a replacé à l’approche des deux dernières difficultés. La dernière s’est montée très vite. Dès le pied, je me suis dit que ça allait être compliqué, mais je me suis fait mal comme rarement et je suis parvenu à basculer avec les meilleurs. Ça faisait 4 jours que j’attendais cette arrivée ! J’ai bien négocié le final, mais je regrette de ne pas avoir suivi Lutsenko. Je négocie parfaitement le dernier virage, en 3ème position mais le lanceur de Deceuninck–Quick-Step était en bout de course. On se fait déborder au moment où on lance notre sprint. Je suis content d’avoir fait partie des meilleurs sur cette étape vraiment difficile. Je suis déçu du résultat mais satisfait de répondre encore présent sur ce type de course malgré un hiver compliqué…

 

Photos Thomas Maheux

Partager cette actualité

Ne ratez rien de l'actualité de nos équipes

Nos Partenaires

Ils nous soutiennent

aubervilliers
HP-WHITE
Seine-Saint-Denis
MAVIC-LOGO
Ridley
dmtex-WHITE

2019 © St Michel - Auber93 / CMA93, tous droits réservés, sauf mention contraire