Depuis 13 ans, Guillaume Corniau vibre avec les coureurs

Publié le 03/13/2019 - Pros - entretien / portrait / Staff

Dans les coulisses d’une équipe cycliste, les membres du staff œuvrent pour donner aux coureurs les meilleurs conditions de travail possible. Si les mécaniciens s’occupent des montures, les assistants sportif s’occupent des coureurs : préparation des ravitaillements, massages, machines à laver… Entretien avec Guillaume Corniau, qui vibre avec nos coureurs depuis 13 ans. 

Comment est-il arrivé au vélo ? Son parcours sportif

J’ai commencé par faire du football, de 8 à 9 ans. Puis, à 10 ans, mon père m’a proposé de faire du vélo, à l’ASPTT Troyes. J’ai commencé en école de cyclisme, en Benjamin. Durant ma  »carrière », j’ai fait de la route, jusqu’à la catégorie Nationale, mais aussi de la piste et du cyclo cross. C’est dans cette dernière discipline que j’ai pris le plus de plaisir à courir. Il y a 2 saison je courrais encore quelques cross durant l’hiver…

Son parcours professionnel

Après un Bac STI Electronique, j’ai réalisé un BTS Technico Commercial. J’ai passé mon Brevet d’Etat 1er et 2ème degré cyclisme. Je voulais être CTS dans le comité de Champagne Ardenne.
J’ai travaillé 10 mois chez Décathlon. Puis, en 2004, j’ai travaillé pendant 2 ans et demi dans le club amateur de l’UV Aube. J’étais entraîneur, mécano, Directeur Sportif… Faute de budget, mon contrat n’a pas été renouvelé. J’ai commencé à faire des vacations dans différentes équipes en tant qu’assistant. En 2006, Auber recherchait un assistant pour partir sur le circuit de Lorraine. L’équipe m’a appelé à 9h pour partir le même jour à 11h… j’ai foncé !!!

Sa journée-type

Lors d’une course par étapes, le matin, je prépare les ravitaillements solides que les coureurs emporteront sur leur vélo, mais également les repas pour les personnes du staff. Ensuite, je prépare le bus pour la journée qui s’annonce. Ensuite, il faut aller au départ : je conduis le bus jusqu’au parking coureurs. Dès le départ donné, je file directement à l’arrivée.
En attendant les coureurs, je prépare leur collation d’après course, et je prends de l’avance dans la préparation de l’étape du lendemain. Parfois, je m’accorde 1 heure de vélo sur le final de l’étape. Ca me permet de transmettre des infos sur les derniers kilomètres de l’étape du jours au Directeur Sportif qui est en course.
A l’arrivée des coureurs, je suis toujours au bus pour les recevoir. Dès qu’ils ont pris leur douche, on prend la direction de l’hôtel, où débutent les massages : 45 minute pour chaque coureur que je masse (2 ou 3 coureurs). Il me reste ensuite à laver et sécher le linge des coureurs, et laver l’extérieur du bus.

Ce qui le fait vibrer

Le final des courses où nos coureurs jouent la gagne. Que ce soit sur la ligne ou dans le bus, lorsque je regarde le final, je suis stressé. Je deviens fou, je ne contrôle pas ! Quand Kévin [Le Cunff] gagne à Châteaulin [Les Boucles de l’Aulne 2018] on me voit à la TV sauter dans tous les sens a 150m avant l’arrivée. Quand Maldo [Anthony Maldonado] fait 3 au sprint de la dernière étape du Tour de la Provence derrière Degenkolb il y a quelques semaines, je crie dans le bus pour l’encourager. En 2015, quand « Chiffon » [Steven Tronet] est Champion de France, j’ai sauté sur le capot de voiture en voiture pour accéder a la ligne d’arrivée !
Nous sommes une petite équipe. Nous nous voyons toutes les semaines, on est comme une famille. Donc quand un de nos coureurs arrive à ses objectifs, je suis très heureux. Quand ils passent à travers, on essaie de les remotiver…

La course qu’il attend chaque année

Sans hésiter : le Tro Bro Léon, cher à Jean-Paul Mellouët. C’est une course atypique, alliant route et chemin. Tous les ans je fais la reco du parcours en vélo quelques semaines avant ! J’adore !!!

Partager cette actualité

Ne ratez rien de l'actualité de nos équipes

Nos Partenaires

Ils nous soutiennent

aubervilliers
HP-WHITE
Seine-Saint-Denis
MAVIC-LOGO
Logo-FUJI
dmtex-WHITE

2019 © St Michel - Auber93 / CMA93, tous droits réservés, sauf mention contraire